CHARLES V, jeune

CHARLES V, jeune

Son enfance

On ne peut pas parler de Bertrand Du Guesclin sans parler de Charles V, le roi de France. En effet, celui-ci lui a permis d’aboutir à sa brillante carrière militaire et de finir connétable de France, de nos jours ministre des armées.

Charles V fait parti d’une longue liste de rois oubliés des livres d’histoire. A part Louis XIV, le roi Soleil et Louis XVI le roi déchu, les Louis, Charles, Henri, Philippe et les autres font parti d’un lointain souvenir.

Or, Charles V, aurait le mérite d’être mieux connu et surtout reconnu. En effet, grâce à la rigueur dans sa gestion du royaume de France, dans ses alliances et dans ses décisions militaires, il a libéré la France du joug anglais orchestré par Édouard III.

Charles V est né le 21 janvier 1338 au château de Vincennes à Paris. Son père Jean, le Bon, est Duc de Normandie. Sa mère, Bonne de Luxembourg, est la fille du Roi de Bohême.

Au moment où il naît, Philippe VI de Valois est roi de France, son grand père. On s’apercevra plus tard que Jean devenu roi de France à la mort de Philippe VI se méfiera de son fils. Il voit en lui un rival. Ils n’ont que 18 ans d’écart.

Il est l’aîné de 9 enfants. 4 frères et 5 sœurs. Il fut aimé de sa mère meurt jeune à l’âge de 30 ans de la peste. Son père de caractère violent, émotif et passionné est le contraire de son fils, calme, réservé et prudent. Son grand-père avait grande estime pour son petit fils, Charles. Pour preuve, il fit libérer tous les prisonniers détenus pour délit de droit commun de ses prisons à sa naissance. Un autre personnage sera de bons conseils pour le dauphin Charles, son oncle maternel, Charles IV empereur des Romains, roi de Germanie et de Bohème.

Jeune, Charles n’a pas grandi seul. Il a été élevé au milieu d’une famille unie et d’une dizaine de garçons de noble rang, tous descendants de St Louis. Le plus clair de son temps, il le passait à étudier dans les livres. Néanmoins, il trouvait des moments pour aller chasser et manier l’épée. Des années de son enfance, il gardera l’amour de sa mère, la nostalgie de la forêt et les jeux avec ses frères et cousins.

Son adolescence

Il a 12 ans. Charles devient dauphin du Viennois et, donc, dauphin de France car le Dauphiné est rentré dans la couronne de France, faute d’héritier du dauphin du Viennois, Humbert II.

Il a 17 ans. En désaccord avec son père, Charles maintenant dauphin fugue pour aller retrouver son oncle maternel, le roi de Germanie plus protecteur que son père. Cette tentative échoue car son père Jean, devenu Jean II Le Bon, roi de France fut mis au courant. Afin qu’il ne récidive, il le nomme Duc de Normandie afin de le mettre face à ses responsabilités envers le le roi de France. Il lui donne pour mission de d’organiser la défense de la Normandie en vue du débarquement des anglais. Il devra réunir les 3 états : le clergé, la noblesse et les bonnes villes (les bourgeois) afin de les convaincre de lever un impôt pour la défense du pays.

Il a 18 ans. Charles gère bien la Normandie. Afin d’avoir la paix autour de lui, il veut se réconcilier avec les ennemis du royaume de France, le clan des navarrais. Charles, roi de Navarre, en est le chef de file. Il les réunit à Rouen en avril 1356. L’affaire est rapportée à Jean II. Celui-ci pestant contre son fils, chevauche vers Rouen avec sa troupe. Il fait irruption dans la salle de réunion. Il ordonne à sa troupe de saisir immédiatement Charles, roi de Navarre, son ennemi juré avec ses amis et de les emprisonner.

Le maréchal d’Audrehem, connétable de France dit aux invités du Prince: « Que nul ne bouge, quoiqu’il voie s’il ne veut être mort de cette épée ! Le roi Jean de renchérir : « Or sus, traître, Tu n’es pas digne de t’asseoir à la table de mon fils ! » en parlant à Charles de Navarre.

Charles désappointé dit à son père :  « Ah, Monseigneur mon Père, pour Dieu, merci ! Vous me déshonorez. Que pourra-t-on dire de moi ? J’avais invité à dîner avec moi le roi de Navarre et ses barons et vous les traitez ainsi. Et pourtant, je n’ai jamais vu en eux que tout bien courtoisie. Son père de répondre afin de réduire son fils au silence. Du calme, Charles ! Ce sont de mauvais traîtres et leurs faits leur feront découvrir. Vous ne savez tout ce que je sais. »

Ce fait supplémentaire assombrira les relations entre un père et son fils. On pourra lire plus tard que libéré Charles de Navarre fera tout pour renverser le roi de France.

Puis la même année de 1356, un drame

Jean II Le bon est mis au courant qu’Édouard III veut envahir la France. Ce dernier nomme son fils Édouard, le Prince de Galles, surnommé le Prince Noir, de remonter avec son armée débarquée à Bordeaux vers Paris. Jean II lève l’ost et part contrer le Prince Noir. Il s’ensuit la bataille de Poitiers, dernier désastre français de cette guerre de Cent Ans. Jean II avait emmené au combat tous ses fils alors trop jeunes pour combattre. Le royaume restait sans souverain. Voyant qu’il allait perdre la bataille, il aurait ordonné à son fils aîné Charles, héritier de la couronne de France, de quitter le champs de bataille et de rentrer au plus vite à Paris (d’autres versions sur cette fuite circuleront). Le roi est fait prisonnier. Charles à 18 ans aura la charge de gérer les affaires du pays en l’absence de son père.

Les années 1356-1357 seront catastrophiques pour la France et compliquées à administrer pour le jeune dauphin mais 1358 sera encore pire.

Nous verrons plus tard que cette année 1358 sera très conflictuelle avec des vues de Charles de Navarre pour s’accaparer du trône de France et la rébellion des marchands parisiens emmenée par Etienne Marcel. Ils feront tout pour renverser le roi de France Jean II prisonnier des anglais et Charles, dauphin, trop jeune pour gouverner.

Pour l’heure, le dauphin Charles n’aura pas eu le temps de goûter aux joies de l’adolescence.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *