HUGUES AUBRIOT, PRÉVÔT DE PARIS SOUS CHARLES V

HUGUES AUBRIOT, PRÉVÔT DE PARIS SOUS CHARLES V

Hugues Aubriot, ou Aubryot (v. 1320-13822), intendant des finances et prévôt de Paris sous Charles V.

Né à Dijon vers 1320 à l’hôtel Aubriot, qui appartenait à son père, Guillaume Aubriot, prêteur et changeur à Dijon. Sa mère se prénommait Perrenette.

Hugues Aubriot a reçu une bonne formation de droit et devient un légiste dont le talent était reconnu et un bon orateur. Il est clerc sans recevoir la tonsure.

À la mort de son père il a hérité d’une fortune importante qu’il a su faire fructifier. En 1346 il a fait un riche mariage en épousant Marguerite de Pomard, qui était la nièce d’un président de la Cour des Comptes de Paris et d’un évêque de Langres.

Les différentes actions qu’il a menées pour le compte du duc de Bourgogne lui valent alors une grande réputation qui a fini par arriver aux oreilles du roi de France Charles V. Pour le faire venir à Paris, le roi lui accorde une somme importante de 2 500 francs pour son installation. En 1367 il lui donne l’argent nécessaire pour qu’il puisse acheter un hôtel particulier, rue de Jouy (actuelle rue Charlemagne) et rue Percée (actuelle rue du Prévôt), près du logement du roi à l’hôtel Saint-Pol (ou hôtel Saint-Paul)

Hugues Aubriot va, comme il l’a fait à Dijon, être l’agent du roi pour rétablir son autorité sur la ville face aux bourgeois et au prévôt des marchands.

Il a ensuite œuvré pour rétablir la sécurité publique en réformant le guet royal en nommant un lieutenant du guet ayant à sa disposition vingt sergents à cheval et quarante hommes à pied. Il complète son action en assurant la défense de Paris en continuant les travaux de fortification de la ville commencés par Étienne Marcel et qui n’ont été terminés qu’en 1383.

Intendant des finances et prévôt de Paris sous Charles V, il décora Paris de plusieurs monuments.

En 1364, après avoir été prévôt de Dijon, Hugues Aubriot est prévôt de Paris (garde de la prévôté de Paris du au 7). À ce titre, il met en œuvre dans la ville des travaux importants. Il fait construire le pont Saint-Michel et le pont au Change. Il fait aussi édifier, pour répondre au souci du roi de protéger sa capitale, le petit Châtelet et la Bastille. Dès 1370, il fait construire, rue Montmartre, un égout voûté et maçonné qui rejoint le ruisseau de Ménilmontant. Le réseau se développe alors lentement au fil des siècles.

Le , il pose la première pierre de la Bastille qui a un double rôle : protéger Paris à l’est, permettre de protéger le roi en cas de révolte du peuple parisien et sécuriser la route reliant la résidence du roi à l’hôtel Saint-Pol au château de Vincennes où le roi veut établir le centre administratif du royaume.

Il quitte Paris et se rend d’abord à Mussy-la-Fosse, puis à Mâcon et décide de se rendre à Avignon pour plaider sa cause auprès du pape Clément VII au moment où l’université de Paris reprend ses accusations contre lui. Le pape l’invite à se retirer à Sommières où il meurt, quelques mois plus tard, en 1382.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *