Archives de
Catégorie : LES BATAILLES DE LA GUERRE DE CENT ANS

L’ÉCLUSE, 23 JUIN 1340, LE TRAFALGAR MOYENÂGEUX

L’ÉCLUSE, 23 JUIN 1340, LE TRAFALGAR MOYENÂGEUX

  Le comté de Flandre s’étend le long de la mer du Nord jusqu’aux rives de l’Escaut. C’est une région prospère qui tire sa richesse de l’industrie textile. Elle est vassale du royaume de France. La Flandre est dirigée par le comte Louis de Nevers. Les villes comme Bruges, Anvers, Gand et Ypres pour les principales commercent avec l’Angleterre pour sa laine. Son exportation rapporte beaucoup aux anglais et les flamands en tirent profit en la transformant en tissu, vêtements…

Lire la suite Lire la suite

LA BATAILLE D’AURAY

LA BATAILLE D’AURAY

Le contexte La guerre de succession en Bretagne reprend de plus belle. Jeanne de Penthièvre, épouse de Charles de Blois revendique toujours de duché de Bretagne ainsi que Jean de Montfort. La tentative de réconciliation des prélats bretons a échoué. Ils souhaitaient que chacun prenne le titre de duc de Bretagne après son partage. Au nord Charles de Blois et au Sud Jean de Montfort. Mais cela ne se passe ainsi. Jeanne de Penthièvre pousse son mari à reprendre la…

Lire la suite Lire la suite

LES FRANÇAIS

LES FRANÇAIS

LES EFFECTIFS Les hommes 4 000 franco-bretons dont 2 500 lances des barons bretons et 1 000 lances du roi de France L’armement Glaives, haches Les chefs Charles de Blois commande les troupes Au centre : 1000 hommes aux ordres de Charles de Blois avec le vicomte de Rohan, le sire de Léon, le sire d’Avaugour, messire Charles de Dinan, le sire d’Ancenis, le sire de Malestroit . A sa gauche : 1000 hommes aux ordres des comtes d’Auxerre et de Joigny…

Lire la suite Lire la suite

LES ANGLAIS

LES ANGLAIS

LES EFFECTIFS Les hommes 2 900 anglais et bretons dont 200 lances et 200 archers de l’Aquitaine anglaise avec John Chandos L’armement Les arcs « long-bow » des gallois, lances, dagues, haches, plates, haubergeons, heaumes, bassinets, visières, épées. Les chefs John Chandos commande les troupes Au centre : John Chandos et Jean de Montfort avec 500 hommes et 300 archers A sa gauche : Robert Knollys et Messeigneurs Gautier Huet et Richard Burlé avec 500 hommes et 300 archers A sa droite : Olivier de…

Lire la suite Lire la suite

LA BATAILLE DE BRIGNAIS

LA BATAILLE DE BRIGNAIS

Le contexte Les batailles de Crécy et de Poitiers ont vu une arrivée massive de mercenaires payés par les différents rois de France et d’Angleterre. Ils sont venus grossir les rangs des armées. Mais les guerres finies, ils ne voulurent pas repartir et restèrent en France au grand dam de la population. Le sud de la France était un pays bien gras. Ils se formèrent en compagnie avec à leurs têtes des chefs très aguerris : – Les tard-Venus : Mercenaires…

Lire la suite Lire la suite

LES FRANÇAIS ET LES COMPAGNIES

LES FRANÇAIS ET LES COMPAGNIES

Les français Les effectifs : 12 000 hommes dont 6 000 chevaliers français et 6 000 sergents d’armes, fantassins et arbalétriers Les chefs : Jean de Melun, comte de Tancarville, comme lieutenant général pour le duché de Bourgogne, les comtés de Champagne, de Brie, de Nevers, de Forez. Il est secondé par Jean de Chalon, Robert de Beaujeu, le vicomte d’Uzès, Jean et Hugues de Vienne et le sire de Montmorillon Avec des chevaliers et écuyers de Bourgogne, de Savoie du Dauphiné…

Lire la suite Lire la suite

LE ROI DE FRANCE EST FAIT PRISONNIER

LE ROI DE FRANCE EST FAIT PRISONNIER

L’étau se resserre de plus en plus. Quelques fidèles entourent le roi comme Geoffroy de Charny, le comte de Sancerre, Guillaume de Melun, archevêque de Sens, Arnaud de Cervole, l’Archiprêtre, Raoul de l’Isle, porteur du bouclier royal et quelques autres. Et puis, il y a Philippe, duc de Touraine, son fils. Il est très jeune. Sa vaillance lui vaudra le surnom de Philippe le Hardi. Il prévient son père: « Gardez-vous à droite, gardez-vous à gauche, sire mon père.» Le…

Lire la suite Lire la suite

LA BATAILLE DE COCHEREL

LA BATAILLE DE COCHEREL

Cocherel : première victoire française depuis le début de la Guerre de Cent Ans. Cette bataille est commandée par Bertrand Du Guesclin, lui-même. Toutes celles où il a été fait prisonnier, il n’était que capitaine d’un groupe armé comme la bataille d’Auray ou Najéra. Pendant que le roi repart sur Paris pour enterrer son père, un danger arrive par la Normandie. Jean de Grailly, Captal de Buch et un des principaux seigneurs d’Aquitaine débarque à Cherbourg en mai 1364. Il agit…

Lire la suite Lire la suite

LES FRANÇAIS

LES FRANÇAIS

Image: Du Guesclin LES EFFECTIFS Les hommes L’armée est hétéroclite. Elle est composée de fidèles de Bertrand Du Guesclin, les bretons. Mais il y a aussi, des normands, des picards, des bourguignons, des mercenaires et des gascons fidèles au roi Charles de la maison des Albret. Environ 1 500 hommes Des chevaliers et des piétons L’armement Arbalètes, coutelas, lances raccourcies, Les valets vont dans les campagnes et ramènent des haches Les chefs Bertrand Du Guesclin commandant des troupes Au centre,…

Lire la suite Lire la suite

LES ANGLO-NAVARRAIS

LES ANGLO-NAVARRAIS

Image: Le Captal de Buch LES EFFECTIFS Les hommes L’armée est hétéroclite. Elle est composée de navarrais, de mercenaires anglais, de normands à la solde de Charles le Mauvais, gascons et bretons montfortistes Environ 1500 hommes pris en partie à Cherbourg, port anglais et dans les fiefs normands d’Évreux, Vernon et Pacy/Eure, de Charles le Navarrais. L’armement Arcs, haches, coutelas, lances, etc. Les chefs Cette armée est commandée par le Captal de Buch, Jean de Grailly à la solde de…

Lire la suite Lire la suite