JEANNE DE PLANTAGENET DIT JEANNE DE KENT

JEANNE DE PLANTAGENET DIT JEANNE DE KENT

Jeanne Plantagenêt, dite la jolie fille du Kent, née le et morte le , est une princesse anglaise,  comtesse de Kent et baronne Wake de Liddell. Fille d’Edmond de Woodstock, comte de Kent, et de Marguerite Wake, elle est la première princesse de Galles en tant qu’épouse d’Édouard de Woodstock, fils du roi d’Angleterre Édouard III.

1° mariage avec Thomas Holland

En 1340, à douze ans, Jeanne épouse secrètement Thomas Holland, issu de la Maison des barons Holland dans le Lancashire, mais sans auparavant avoir demandé l’accord du roi, nécessaire pour des unions de si haut rang.

2° mariage Guillaume Montaigu

L’hiver suivant (1340 ou 1341), tandis que Thomas a pris la mer, sa famille force Jeanne à épouser Guillaume de Montaigu, fils et héritier de Guillaume de Montaigu, comte de Salisbury, descendant d’une très vieille famille normande. Jeanne reconnaîtra plus tard ne pas avoir avoué son premier mariage avec Thomas Holland par crainte que celui-ci ne soit exécuté pour trahison à son retour. Peut-être aussi était-elle convaincue de la nullité de cette union précoce. Jeanne est souvent identifiée comme la célèbre comtesse de Salisbury qui, selon la légende, inspira le roi Édouard III pour la création de l’Ordre de la Jarretière.

Une anecdote sur l’ordre de la Jarretière:

Édouard III tomba éperdument amoureux de Jeanne de Kent. Veuve, elle est invitée à un bal organisé par le roi d’Angleterre. Il l’invitât à danser. Une jarretière de la dame tomba par terre et le roi la ramassa. Il lui fit la courre. Cette vertueuse femme s’alarma. Pour la rassurer, il lui dit:  » Honni soit qui mal y pense « . ( honte à celui qui voit du mal) Pour éterniser cette anecdote, le roi créa l’ordre de la jarretière avec cette réponse comme devise. Le roi étant de plus en plus pressant, la dame se réfugia chez ses parents. L’idylle s’arrêtera là. Par contre, son fils, Édouard de Woodstock, moins patient et respectueux que son père, alla chez la mère de Jeanne. Il entra dans la chambre afin d’avoir des faveurs de la dame. Celle-ci sortit un poignard. Elle aurait dit au prince que s’il avançait davantage, elle se poignarderait. Édouard, surpris de tant de vertu, l’épousa. Fin de l’anecdote.

À la mort du dernier de ses frères en 1352, Jeanne devient de droit comtesse de Kent et baronne Wake de Liddell.

3° mariage Édouard de Woodstock, dit le prince Noir

Un mariage entre les deux cousins, s’il est conclu hâtivement et sans une dispense papale nécessaire, est donc susceptible d’annulation. À la demande du roi, le pape accorde la dispense leur permettant d’être légalement mariés. La cérémonie officielle, célébrée par l’archevêque de Cantorbéry, se déroule le au château de Windsor, en présence du roi et de la reine.

Autre anecdote sur Jeanne de Kent

Pierre le Cruel, déchu du trône de la Castille en 1366, demanda l’aide de l’Angleterre pour le reconquérir. Le Prince noir avec l’accord de son père accepta de lever une armée. En remerciement Pierre le Cruel lui offrit une table en or. Jeanne de Kent, princesse de Galle lui disait:  » Cher ami, faites attention car cette table en or vous coutera très cher. J’ai entendu beaucoup de mauvaises choses sur lui. Il n’a aucun respect pour les gens et en plus il a fait assassiner sa femme, âgée de 25 ans, une princesse de sang française. »

Elle disait vrai car Pierre ne remboursa jamais les frais de guerre du Prince, regretta même de lui avoir offert la table en or. En plus, Édouard de Woodstock contracta en Castille une maladie grave qui le détruisit à petits feux jusqu’à sa mort. Fin de l’anecdote

En 1371, la santé déclinante du prince ne le rend plus capable de remplir ses devoirs de prince d’Aquitaine et l’oblige à retourner en Angleterre, où la peste répand la désolation. En 1372, il tente une dernière campagne afin de sauver les possessions françaises de son père, mais elle avorte. Le , le prince de Galles meurt, dans son lit, au palais de Westminster, à l’aube de son quarante-sixième anniversaire. Jeanne lui survit encore neuf ans avant de s’éteindre à son tour le à l’âge de cinquante-six ans.

Un de leurs enfants sera le futur roi d’Angleterre sous le nom de Richard II d’Angleterre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *