VARIATIONS CLIMATIQUES

VARIATIONS CLIMATIQUES

Sources : Livre sur les fluctuations des climats et site : www.laterredufutur.com

Nous avons tous sur nos lèvres le mot : Le réchauffement climatique.

La définition exacte du réchauffement climatique aussi appelé réchauffement planétaire, réchauffement global ou dérèglement climatique est le phénomène d’augmentation des températures moyennes océaniques et de l’air, induit par la quantité de chaleur piégée à la surface terrestre, mesurée depuis plusieurs décennies, du fait des émissions de gaz à effet de serre (CO2, etc.). Sûrement que l’homme est en partie responsable de cette accélération des changements climatiques depuis le début de l’ère industrielle au XIX° siècle mais pas que lui. Il y a aussi les variations naturelles qui perturbent le climat  comme :

1) l’orbite de la Terre
Le climat de notre planète est influencé par les positions relatives de la Terre et du Soleil. Les paramètres sont :
– L’excentricité : Lorsque deux corps sont en orbite deux phénomènes principaux peuvent la modifier. D’une part, les deux astres ne sont pas isolés dans l’espace, et d’autre part l’interaction des autres planètes et corps peuvent modifier l’orbite. Une autre modification, interne au système considéré, est due à l’effet des marées.

– L’obliquité : L’inclinaison de l’axe ou obliquité est une grandeur qui donne l’angle entre l’axe de rotation de la Terre et une perpendiculaire à son plan orbital

– La précession : La précession est le nom donné au changement graduel d’orientation de l’axe de rotation de la Terre. Ce phénomène est aisément observable avec une toupie.

2) Les éruptions volcaniques
Lors de l’histoire de la Terre, les éruptions volcaniques les plus importantes ont été suivies d’un refroidissement de quelques années. Ceci est dû à la grande quantité de dioxyde de soufre (SO2) et de cendre éjectés par ces éruptions volcaniques. Une bonne partie de la poussière et des particules montent jusqu’à la stratosphère, à 20.km d’altitude et même parfois à plus de 50.km. A ces altitudes, les vents sont forts et le gaz peut faire souvent plusieurs fois le tour de la planète. Comme la stratosphère est stable et les mouvements verticaux réduits, les gaz éjectés peuvent y rester pendant plusieurs années.
Un exemple : Le volcan du Pinatubo, aux Philippines en 1991a projeté 20 millions de tonnes de dioxine de souffre à 20 km d’altitude et a provoqué un refroidissement général moyen de l’atmosphère de 0,6 C° pendant 2 ans.

3) Les processus chaotiques comme El Nino
En tant normal, dans l’océan Pacifique, autour de l’équateur, les alizés soufflent d’Est (Amérique) en Ouest (Australie et Asie). Ceci a pour effet de pousser les eaux chaudes de surfaces vers l’ouest, où il se produit conséquemment de fortes précipitations (à cause de la chaleur et l’humidité) et une remontée des eaux froides le long des côtes américaines.
Mais lorsque la Terre est frappée par El Nino, les alizés ont tendance à s’inverser. Ainsi les eaux près de l’Australie et de l’Asie sont plus froides, provoquant des sécheresses. Des ouragans se forment au milieu du Pacifique et frappent la Polynésie. Enfin, les eaux le long de la côte de l’Amérique se réchauffent, entraînant une hausse des précipitations et une raréfaction des poissons en surface, car les eaux chaudes ne sont pas propices à la prolifération des nutriments. Les événements El Nino apparaissent d’une manière irrégulière, tous les 2 à 7 ans.

4) l’activité solaire
Pendant de nombreuses années, l’énergie rayonnée par le Soleil était supposée invariable. Pour le dernier millénaire, il semble que les fluctuations solaires soient à l’origine de changements climatiques importants tels l’optimum médiéval (période plus chaude centrée sur le XIIe siècle) ou le petit âge glaciaire (période de froid qui a touché l’Europe entre environ 1550 et 1850). Deux périodes de quasi absence de taches solaires seraient ainsi associées au petit âge glaciaire.
5) Derniers facteurs ; les gaz à effet de serre et les aérosols
Les gaz à effet de serre et les aérosols sont des acteurs du climat, aux rôles bien distincts. Le dioxyde de carbone, la vapeur d’eau, le méthane ou le protoxyde d’azote sont des gaz qui, émis dans l’air contribuent au réchauffement de la troposphère. Ils amplifient l’effet de serre, ce phénomène naturel qui permet à la planète de conserver une température globale moyenne de 15 °C. Les aérosols en revanche sont des particules en suspension, et jouent donc un rôle bien différent. Suivant leur composition, les particules peuvent réfléchir le rayonnement solaire vers l’espace, et donc refroidir l’atmosphère, ou bien absorber la lumière et donc la réchauffer.

Mais comment était le climat au Moyen Age ?
Durant la période de l’histoire du Moyen Age, un climat chaud, qui a duré à peu près de 900 à 1200 après J.-C. a dominé la plus grande partie de l’Europe. Il fut appelé Optimum Médiéval. Cette période a permis à l’homme de s’installer dans des régions qui seraient aujourd’hui considérées comme trop rudes sur le plan climatique. Durant l’Optimum Médiéval, on cultivait l’avoine et l’orge en Islande et la vigne prospérait dans le sud de l’Angleterre. Les forêts canadiennes s’étendaient beaucoup plus loin vers le nord qu’elles ne le font aujourd’hui, les colonies agricoles prospéraient dans les hautes terres du nord de l’Écosse. Tandis que l’Europe jouissait de l’Optimum Médiéval, d’autres régions du monde souffraient de toute évidence d’une sécheresse prolongée. La région de la Californie actuelle a connu deux sécheresses longues et sévères pendant la plus grande partie de l’Optimum Médiéval.
Il faisait donc nettement plus chaud en l’an 1000 qu’en l’an 2000. N’oublions pas que le nom“Groenland”signifie “Terre verte”. Il a été donné en l’an 965 par le Viking Eric le Rouge.
Puis, Le Petit Âge glaciaire est une période climatique froide survenue en Europe et en Amérique du Nord du début du XIVe à la fin du XIXe siècle approximativement. Elle porte plusieurs noms, dont « petit âge de glace », « petite période glaciaire » ou encore « petite glaciation »
Il y a aussi, l’éruption du Samalas en 1257, volcan en Indonésie, est un événement volcanique majeur du Moyen Age, dont les conséquences ont eu un fort impact sur la Terre. Le dégagement est estimé à 158 millions de tonnes de dioxyde de soufre, 227 millions de tonnes de chlore, et 1,3 millions de tonnes de brome 16. Un tel relâchement de gaz a un effet important sur le climat, par un phénomène connu sous le nom d’assombrissement global.
Par contre, il est vrai que le développement de l’ère industriel du XIX ° siècle a beaucoup d’influence sur des variations climatiques et a accélérer sa dégradation.

On pourrait conclure ainsi :
Même si l’intervention de l’homme n’est pas toujours bénéfique sur le climat, à bien regarder, nous sommes dans un cycle normal et répétitif des variations climatiques. D’ailleurs, les climats pourraient de se modifier dans les prochaines décennies.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *