LE ROI CHARLES V LE SAGE

LE ROI CHARLES V LE SAGE

Le déshonneur d’un roi, Jean II le Bon

Portrait de Charles V le Sage

En cette année 1362, Jean II a encore perdu une bataille et cette fois contre les Compagnies de mercenaires à Brignais près de Lyon. C’en est trop. Ce roi, par ses défaites et ces nouveaux impôts, n’est plus crédible aux yeux de la noblesse mais aussi du peuple.

Sûrement !! pour redorer son image, Jean II veut partir en croisade à Jérusalem. Urbain V le pape a monté cette expédition. Une fuite en avant du roi après toutes ces défaites ? Fuir Paris ? Fuir les moqueurs ? Fuir son fils Charles ? Fuir les responsabilités ? Cette expédition ne se fera pas. 3 facteurs négatifs empêcheront sa mise en œuvre.

D’abord, la peste.

Elle est arrivée par l’Est du bassin méditerranéen en 1360. Un an après, les villes de Lyon, Paris et Avignon sont touchées. Dans la cité des Papes on recense pas moins de 17 000 morts dont 100 évêques et 9 cardinaux. En ajoutant la Peste Noire, les historiens s’accordent à estimer la proportion de victimes entre 30 et 50 % de la population européenne, soit entre 25 et 45 millions de personnes. Les villes sont plus durement touchées que les campagnes, du fait de la concentration de la population, et aussi des disettes et difficultés d’approvisionnement provoquées par la peste.

Puis le froid revient.

L’hiver 1363-1364 a été rude. Il a gelé comme il n’avait pas gelé depuis 100 ans. Toute l’agriculture a été détruite surtout les vignes. Plus de travail dans les campagnes.

Mais le pire est la guerre.

Toutes les terres ont été ravagées, incendiées au passage de l’ennemi. Tout a été anéanti. Les guerres finies, les compagnies ont repris le relais en pillant, terrorisant la population, volant et obligeant les paysans et les bourgeois à payer, toujours payer. L’armée royale ne peut rien faire faute de moyen. De plus, il faut payer aussi les rançons des vaincus après les guerres dont le roi de France fait parti.

Même, si le traité de Brétigny donne des garanties immenses à Édouard III, celui-ci est toujours aux aguets pour reprendre son hypothétique trône de France

Donc, tous ces évènements feront qu’il n’y aura pas de croisade.

Jean II erre dans son royaume. Il quitte Paris. Il visite la Champagne. Il s’attarde en Bourgogne. Il descend en Avignon. Il pousse jusqu’à Nîmes pour fêter Noël 1363.

A Avignon, il rencontre le pape pour négocier la dernière partie de sa rançon. Les 107 000 écus d’or du pape ne suffiront pas pour le dernier versement. La France doit 4 000 000 d’écus d’or. Jean II rentre à Paris.

Il sait qu’il ne reverra plus la France. Faute d’argent, il retourne à Londres se constituer prisonnier. Il y mourra le 08 avril 1364.

Charles n’apprend la mort de son père que 15 jours plus tard. Il prend aussitôt le titre de roi de France sous le nom de Charles V.

Mais il doit s’imposer aux yeux des Grands du royaume et des Pairs de France. La chose n’est pas aisée car ils ont été tous mis en place par feu le roi Jean II. Sa première impression est que tout traîne. On recule la date des obsèques de son père. Il meurt le 08 avril et son corps n’arrivera que le 5 mai à Paris. Charles V ne sera officiellement roi que lorsque son père sera en terre. Une autre preuve de lenteur. La chancellerie fait le grève du sceau. On ne scellera plus tant qu’on n’aura pas reçu du nouveau roi le nouvel ordre du jour de l’assemblée.

Il y a aussi, le gouvernement. Les prélats et les barons attendent du roi qu’il les maintienne dans leur fonction. Ils s’y cramponnent car ils ont été mis en place par le roi Jean et ont peur d’être éjectés du pouvoir par Charles V. Sur ordre de Jean II, ils l’avaient écarté du pouvoir.Maintenant, le régent devenu roi de France pourrait se venger.

Le 6 mai, le lendemain des obsèques de Jean II, Charles part à Reims. Le 19 mai 1364, il est sacré roi de France.

De retour à Paris son premier geste va vers les officiers royaux. Il les confirme dans leur fonction. Sa première pensée est donc de servir l’État et ceux qui l’assurent. Ses premières lettres vont aux bonnes villes de la langue d’Oc. Ses premières paroles sont de refuser les termes le traité de Brétigny dont la récupération les provinces perdues du royaume de France.

A l’inverse de son père, Charles V est un roi sage, un roi des intellectuels et un roi-professeur. Pourtant de corps haut et bien formé, ce roi est faible et malade. Michelet disait de lui : « Charles est né vieux ». Il se soigne par les plantes comme la mandragore, un antispasmodique ainsi que la thériaque, drogue contenant une soixantaine d’éléments dont l’opium.

Il est très superstitieux. Il porte sur lui continuellement des talismans comme «  la pierre d’éponge » réputée pour dissoudre la goutte ou une courroie de cuir de lion pour réduire les calculs de la vessie et des reins.

Charles meurt prématurément à l’âge de 42 ans. Il semble avoir été atteint d’une fièvre typhoïde aiguë qui lui laissa des séquelles et d’une affection chronique articulaire entraînant une impossibilité de se servir de son bras gauche dont il souffrit jusqu’à sa mort. Finalement, il serait décédé d’une crise cardiaque des suites de tous ses maux.

Pourtant, il a décidé de vivre normalement jusqu’au bout malgré ses souffrances. Il marchait; Il montait, chassait et voyageait à cheval pendant de longues heures.

Libertin quand il était dauphin, il a complètement changer sa vie quand il fut sacré roi. Il ne parle que de descendance. En effet, il est tourmenté par la peur que le trône échappe aux Valois et retourne aux Navarre, descendant des capétiens directs. Fini les tenues vestimentaires légères du dauphin, maintenant il porte des robes longues comme les clercs, les hommes de loi et les professeurs. Il veut s’entourer que de gens sages et experts aussi bien en politique qu’en questions militaires. Charles veut désormais quitter les voies de l’ignorance pour celles de la sagesse. Il lit la bible et prie ardemment Dieu. Dorénavant, il affiche le calme, la patience et la maîtrise de soi. Il sera surnommé : Le Sage.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *