PHILIPPE, DUC D’ORLÉANS ET FRÈRE DE JEAN II

PHILIPPE, DUC D’ORLÉANS ET FRÈRE DE JEAN II

Philippe de France, duc d’Orléans, plus connu sous le nom de Philippe d’Orléans d’après son apanage (château de Vincennes, – Vincennes, ), est un fils puîné de Philippe VI de Valois, roi de France et de son épouse Jeanne de Bourgogne.

Par son grand-père parternel Charles de France, comte de Valois — fondateur de la maison de Valois —, Philippe descendant en lignée mâle de Philippe le Hardi, mais aussi des premiers rois capétiens depuis Hugues Capet. Par sa mère Jeanne, Philippe appartient à la puissante maison de Bourgogne, dont le rôle dans la guerre de Cent Ans sera essentiel ; ainsi, il est le petit-fils du duc Robert II de Bourgogne et d’Agnès de France.

Né alors que son père était roi de France depuis 1328, Philippe de France est un contemporain du problème de succession de Charles IV le Bel, qui opposent les Valois aux Plantagenêt pour le trône de France. En effet, le conflit qui en découle, la guerre de Cent Ans, débute en 1337 alors qu’il n’a pas un an.

C’est surtout sous le règne de son frère Jean II le Bon, que Philippe participa activement dans la guerre contre les Anglais. Lors de la bataille de Poitiers en 1356, alors qu’il commande avec Jean II et le dauphin les armées, Philippe est fait prisonnier. Jusqu’en 1360, date où il est libéré, le duc d’Orléans sert d’otage.

À sa mort, le , sans postérité légitime, les domaines de Philippe reviennent au domaine royal.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *