JEAN I° DE BERRY

JEAN I° DE BERRY

 

Il est apanagé  en juin 1357 puis 1er duc Pair de Berry en octobre 1360 par son père.

Après la défaite désastreuse de Poitiers, où son père Jean II le Bon est fait prisonnier, il est donné en otage aux Anglais lorsque le roi revient en France (1360) et il reste prisonnier en Angleterre jusqu’en 1367.

En 1369 il reçoit de son frère Charles V, les comtés d’Auvergne et de Boulogne, par spoliation de Jean II d’Auvergne, son futur-beau-père et du comté de Montpensier.

Depuis le début de la reconquête, c’est Louis d’Anjou qui est en première ligne pour les opérations militaires, puis Jean de Berry et le cousin Louis de Bourbon. Philippe le Hardi a un rôle plus effacé. Cependant il prend part directement aux opérations de reconquête du Poitou.

La campagne pour la reconquête du Poitou, de l’Aunis, de la Saintonge et de l’Angoumois commence aussitôt après la bataille de La Rochelle où la flotte castillane coule une bonne partie de la flotte anglaise, privant la Guyenne de soutien logistique. L’armée royale assiège la forteresse de Saint-Sévère, qui capitule le 31 juillet 1372. Pendant ce temps, Montcontour est repris, puis Poitiers ouvre ses portes à Du Guesclin le 7 août.

Du Guesclin continue à progresser le long du littoral jusqu’à la Rochelle, qui est prise le 8 septembre. Ainsi isolées, les villes se rendent tour à tour: Angoulême (la capitale du « prince Noir ») et Saint-Jean-d’Angely le 20 septembre, Saintes le 24.

Les seigneurs poitevins prêtent serment de fidélité au roi de France le 1er décembre 1372 en l’église de Loudun (traité de Loudun). Par ce traité, tous les anciens privilèges et libertés du pays du temps de Saint Louis sont solennellement confirmés.

Le 11 décembre, Jean de Berry, Philippe le Hardi, Louis de Bourbon et Bertrand du Guesclin font une entrée triomphale dans Paris.

Le 12, il prête hommage à son frère Charles V pour le comté de Poitou suivi des barons qui réitèrent en sa présence leur serment de fidélité au roi.

Tant que son aîné le roi Charles le Sage vécut, Jean, comme ses deux frères Louis d’Anjou et Philippe de Bourgogne, demeura un soutien indéfectible de Charles et de sa politique audacieuse contre l’ennemi anglais.

Il commanda l’armée Royale envoyée en Limousin, Poitou et Quercy. Il reprend aux Anglais les villes de Limoges, Poitiers et La Rochelle. Il se sentait plus proche de Charles que de ses autres frères : en effet, comme lui, il aimait les arts, la littérature, les beaux objets. Cependant, contrairement à Charles, Jean était plus un collectionneur qu’un créateur.

À la mort de son frère Charles V (1380), il est nommé un des tuteurs du jeune roi Charles VI conjointement avec les ducs d’Anjou et de Bourgogne; Lorsque Charles VI fut devenu fou, il partage l’autorité avec son frère, le duc de Bourgogne Philippe II le Hardi, et le duc d’Orléans Louis Ier, frère cadet du roi Charles VI;

en 1381, le duc Jean Ier de Berry est nommé lieutenant général du roi en remplacement de son frère Louis en Languedoc.

Jean de Berry commence par faire réparer ou agrandir les palais de ses principaux fiefs. Le palais comtal de Poitiers est reconstruit à partir de 1380, à la suite de sa destruction à l’occasion d’un incendie par les Anglais en 1345. Il en subsiste la grande salle comtale et la tour Maubergeon, qu’il fait aménager en résidence. Dans la même ville il fait construire un château de forme triangulaire. À Bourges, il fait reconstruire le palais ducal dont il subsiste très peu de traces. Sur le modèle de la Sainte-Chapelle du Palais de la cité, il y fait édifier la Sainte-Chapelle de Bourges (1405), aujourd’hui détruite, pour bien montrer sa filiation avec le roi saint Louis. Il fait aménager le palais de Riom entre 1382 et 1389, notamment une grande salle ainsi qu’une Sainte-Chapelle, toujours subsistante.

Il a dix frères et sœurs :

  1. Blanche (1336-1336), sans postérité ;

  2. Charles V (1338-1380), roi de France de 1364 à 1380, et descendance ;

  3. Catherine (1338-1338), sans postérité ;

  4. Louis (1339-1384), duc d’Anjou,

  5. (Jean Ier de Berry) ;

  6. Philippe le Hardi (1342-1404), duc de Bourgogne,

  7. Jeanne (1343-1373), épouse en 1352 Charles le Mauvais, roi de Navarre

  8. Marie (1344-1404), épouse Robert Ier duc de Bar

  9. Agnès de Valois (1345-1349), sans postérité ;

  10. Marguerite (1347-1352), sans postérité ;

  11. Isabelle (1348-1372), épouse Jean Galéas Visconti, duc de Milan,

En 1360, Jean de Berry épouse Jeanne d’Armagnac (morte à Poitiers en 1388),

Sept enfants sont issus de cette union :

  • Bonne, vicomtesse de Carlat et de Murat

  • Jeanne (attestée de 1373 à 1375), morte jeune;

  • Charles (Bourges, 1371-1383), comte de Montpensier;

  • Béatrix, morte âgée de quelques mois en avril 1374. Marie (1375-1434), duchesse d’Auvergne et comtesse de Montpensier

  • Jean (1375 -1397), comte de Montpensier;

  • Louis, attesté en 1383, mort jeune

En 1390, il épouse Jeanne II (1378-1423), comtesse d’Auvergne et de Boulogne, sans postérité de cette union.

Jean de Berry eut aussi un fils naturel, nommé Owuoald, né durant sa captivité en Angleterre d’une femme écossaise, cité en 1415.

Jean Froissart mentionne la présence, dans l’entourage du duc, d’un certain Jacques Thibaut.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *